La FSU, une fédération autonome après la FEN

jeudi 8 mars 2012
par  fsu.paca
popularité : 87%

La FSU, une fédération autonome après la FEN

Ce texte est un compte-rendu de l’intervention sur l’histoire de la FEN, et du syndicalisme enseignant plus généralement, de Laurent FRAJERMAN, chercheur en Histoire, auteur d’une thèse sur l’Histoire du courant Unité et Action.

Laurent Frajerman

Docteur en histoire : L’interaction entre la Fédération de l’Éducation Nationale et sa principale minorité,le courant « unitaire », 1944-1959, thèse de doctorat d’histoire, Université Paris I [J. Girault], 2003.
Chercheur associé au Centre d’histoire sociale du XXe siècle.
Anime au sein de l’Institut de la FSU le chantier Histoire du syndicalisme
http://institut.fsu.fr/-Histoire-et-actualite-du-.html

Le syndicalisme enseignant s’est construit dans l’autonomie, mais aussi en référence au syndicalisme ouvrier. La FEN était une quasi-confédération fondée sur ce principe de l’autonomie et celui du syndicalisme de masse.

Un processus de syndicalisation des enseignants s’enclenche au début du XXe s. Il fait suite à une période de pré-syndicalisme, où les fonctionnaires, n’ayant pas le droit de se syndiquer, passent par la voie associative et s’organisent en amicales corporatives. Pour satisfaire leur volonté d’entrer dans le champ revendicatif, deux voies s’offrent à eux : soit transformer les amicales en syndicats, soit créer de toute pièce un syndicat enseignant minoritaire. Ainsi des syndicats enseignants révolutionnaires se regroupent en Fédération au plan national en 1905, alors que les amicales d’instituteurs, très majoritaires, deviennent en 1920 le SNI (Syndicat National des Instituteurs).

Progressivement et jusqu’en 1948, la quasi-totalité des syndicats enseignants rejoignent la CGT, qui elle-même se réunifie après une phase de scission (1921-1935). On assiste alors à une fusion-absorption de la Fédération de l’Enseignement (révolutionnaire) dans la CGT, accompagnée de la création du courant des amis de l’Ecole Emancipée. Seule une minorité conservatrice d’enseignants du Second Degré s’y refuse et crée le SNALC.

A partir de 1948, avec la scission de la CGT et la création de FO, le syndicalisme enseignant fait le choix de l’autonomie pour garder son unité. Un tiers des adhérents sont contre cette idée, en particulier ceux de la tendance U&A (Unité et Action). La tendance Ecole Emancipée est amenée à renouveler sa doctrine, elle soutient l’autonomie qu’elle pense comme provisoire, car elle refuse de choisir entre les deux CGT.

Le positionnement de la FEN est particulièrement audacieux puisqu’il aboutit à la cohabitation entre communistes et réformistes dans une même organisation, en pleine Guerre Froide. La FEN joue, durablement, le rôle de médiatrice entre FO et CGT selon un pacte tacite : la FEN reste autonome et FO et CGT ne créent pas de syndicats enseignants.

S’ouvre alors une nouvelle période pour la FEN. La voie de l’autonomie est un succès et elle a un statut particulier de quasi-confédération, reconnu par les autres confédérations. Elle s’inscrit également dans un processus de reconnaissance politique (cf. siège à l’Institut de Recherches Economiques et Sociales et la lettre de Jacques Chirac en 1976, alors premier ministre). Sa compétence sur les dossiers Fonction Publique est de plus en plus reconnue. Mais elle doit aussi affronter des difficultés externes : fragmentation syndicale avec la création par FO, puis la CGT, de syndicats enseignants, son influence sur les enseignants est en baisse avec un processus de désyndicalisation. A l’interne, la tendance minoritaire U&A se développe, notamment par l’augmentation mécanique du poids du SNES et du SNEP, où cette orientation est majoritaire, conséquence directe de la démocratisation du système éducatif. En refusant de donner sa place au secrétaire du SNES dans le bureau fédéral, la majorité ne permet pas la construction de nouveaux compromis aptes à faire vivre l’identité fédérale.

La FEN est alors tentée par la confédéralisation et se rapproche de la CFDT (1986), proche idéologiquement, en adoptant ses thèses éducatives. L’opposition du Sgen dans la CFDT, d’une part, et des tendances EE et U&A dans la FEN, d’autre part, empêche ce processus de recomposition.

En 1991, les tensions internes sont à leur paroxysme, la majorité de la FEN exclut le SNES et le SNEP avant de perdre le pouvoir. Elle crée une nouvelle et petite confédération, l’UNSA, avec des syndicats autonomes de la fonction publique qu’elle côtoie depuis les années 1950 et une frange de FO. Ceci entraîne la création de la FSU, en 1992, avec la plupart des syndicats à direction U&A, les militants U&A du SNI-PEGC et la majorité des militants École émancipée. Paradoxalement ce syndicalisme enseignant CGTiste à l’origine ne se pose pas publiquement la question de rejoindre la CGT.

Actuellement, la FSU est soumise aux mêmes difficultés structurelles que la FEN dans un contexte politique, économique et social beaucoup plus défavorable. D’autant qu’elle ne représente que la moitié des effectifs de la FEN. La question de l’autonomie qui ne devait être que transitoire se repose donc avec la volonté affichée d’œuvrer à la recomposition syndicale.

Compte-rendu réalisé par Magali Bailleul-Vautrin


Documents joints

CR Laurent Frajerman

Publications

Journal Régional

POUR - Revue de la FSU

Pour 200