Développement économique : ce doit être pour tous les territoires !

mercredi 23 novembre 2016
par  fsu.paca
popularité : 85%

Parmi les nombreux schémas que la Région doit élaborer, le nouvel exécutif, aussitôt élu a donné la priorité au SRDEII (Schéma régional de développement économique d’innovation et d’internationalisation).
L’avis rendu par le Ceser sur ce schéma émet des critiques majeures sur l’approche réductrice adoptée par la Région. En concentrant les moyens sur les seuls secteurs, les seuls territoires dit "d’excellence", elle prend le risque d’accentuer les inégalités entre les territoires et les populations.
C’est ce que la FSU et la CGT ont dénoncé ensemble, aujourd’hui, à l’occasion de leur explication de vote sur cet avis.

Avis relatifs à la préparation du SRDEII - Explication de vote des groupes CGT et FSU

{{}}

Le SRDEII, schéma régional stratégique, doit se donner l’ambition de lutter contre les inégalités sociales et territoriales, et de développer l’activité économique en tenant compte du développement humain durable. Cela suppose un état des lieux des enjeux, des atouts et faiblesses des différents territoires et de prendre en compte l’ensemble des secteurs d’activité, de travailler à leur maintien, leur développement et/ou leur évolution.
La concentration des moyens sur les seuls secteurs, les seuls territoires dit "d’excellence", constitue un risque essentiel de déséquilibre pour les territoires et les populations et la spécialisation des territoires peut être vecteur de fragilisation de ces territoires.
C’est pourquoi, le développement économique porté par la Région doit créer des emplois de qualité non seulement dans l’industrie (haut de gamme, technologie, énergie, environnement), mais aussi dans les filières historiques qui devront être confortées (maritime, portuaire, agro), et dans les services (dans tous les domaines : service à la personne, tourisme, loisir, éducation, emploi, médical, médico-social, social) ou l’agriculture.

La diversité du champ de l’ESS (Economie sociale et solidaire) place également ce secteur au rang des atouts et enjeux régionaux. C’est + 13,3% de l’emploi privé au sein de l’économie régionale avec 160 000 salariés et 7000 établissements. Son ancrage territorial, dans l’économie de proximité, sa capacité à mutualiser, à travailler en réseau se caractérise aussi bien par sa performance économique que ses activités socialement utiles, ainsi que la particularité de sa gouvernance. Le SRDEII doit porter cette approche de solidarité car le secteur est innovant, créateur d’emplois fortement localisés.

Les SRDEII doit affirmer comme premier objectif : lutter contre les inégalités sociales, territoriales au sein de la région en prenant en compte les enjeux travail-emploi-formation.

De nombreuses et importantes filières industrielles représentent un atout majeur pour la région. Nous pouvons citer : la réparation et l’innovation dans les filières maritimes et navales, l’industrie portuaire – la chimie – les nanotechnologies – la production d’énergie – la plasturgie –– l’agroalimentaire – l’aéronautique, l’informatique. Le réseau de sous-traitance est extrêmement dense et riche, les établissements de recherche conséquents.

Depuis de longues années, les organisations syndicales proposent de travailler sur l’ensemble de ces grandes filières, l’ensemble des chaines de valeur de la recherche –de l’innovation jusqu’au recyclage. Cette approche par filière avait été retenue comme essentielle et pertinente à l’issue de plusieurs conférences de l‘industrie voici quelques années mais elle ne s’est pas concrétisée, pénalisant selon nous la capacité en région à travailler en cohérence avec l’ensemble des acteurs.

Nous devons donc imaginer une nouvelle articulation entre les filières et les branches professionnelles, les niveaux nationaux, régionaux, locaux, entre donneurs d’ordres et sous-traitants, pour faire évoluer nos modes de production et de consommation, dans des logiques de coopération tout au long des chaînes de valeur.

La CGT et la FSU PACA proposent donc que le SRDEII, pour répondre aux besoins des territoires et des populations, retienne l’objectif d’une approche filière / chaine de valeur. Elle demande que le SRDEII s’inscrive dans une démarche d’anticipation des mutations en associant de façon complémentaire, les mutations industrielles, celles du travail et de sa reconnaissance, les enjeux environnementaux

Les investissements publics sont l’un des moteurs de la transition vers un nouveau modèle de développement. La commande publique ne doit pas se contenter du mieux-disant économique mais doit aussi veiller à faire respecter les normes sociales et environnementales.
La relation entre finance, économie réelle et territoires appelle de nouvelles pratiques.
Toute intervention publique en région doit être contractualisée avec des indicateurs d’efficacité, des engagements, contreparties pour le développement de l’investissement des activités, de l’emploi, du dialogue social.

Nous considérons, que pour traduire une ambition régionale au service de l’emploi, des salariés, des acteurs économiques, des territoires et des populations ; toute entreprise bénéficiaire d’une aide régionale doit s’engager à prendre en compte dans sa vision stratégique et la gestion de l’entreprise des indicateurs répondant à une démarche d’intérêt général (réduction de l’empreinte écologique – promotion de l’égalité, de la diversité – sécurisation des parcours professionnels - promotion d’un dialogue social de qualité – soutien au développement durable des territoires de Paca).

Les critères de suivi et d’évaluation doivent également prendre en compte les questions :
- d’emploi et de travail de qualité
- d’accès à la qualification pour tous et de montée en qualification des salariés,
- de politique de développement des entreprises à partir d’investissements qui assurent le long terme,
- de qualité du dialogue social au sein de ces entreprises,
- d’articulation recherche/développement/activité économique régionale.

L’intervention économique régionale doit favoriser les logiques économiques à long terme plutôt que les logiques financières à court terme. Les investissements et le développement économique régional doivent irriguer l’ensemble du tissu économique à partir des enjeux développement de l’activité et de soutien à l’innovation.

Les aides publiques aux entreprises doivent donc être conditionnées, ciblées et évaluées au regard des objectifs qualitatifs et quantitatifs de montée en gamme de l’économie et des emplois. Leur évaluation constitue une exigence sociale et sociétale. Nous demandons l’installation d’une nouvelle commission régionale d’évaluation et de suivi des aides publiques.

La CGT et la FSU PACA formulent diverses préconisations pour favoriser la démocratie sociale, en proximité dans les territoires. La collectivité régionale aura à se prononcer sur trois schémas stratégiques : Le SRDEII , le SRADDET, le SRI et sur le CPRDFOP. Ces schémas ont un effet sur le développement de l’emploi et les transitions professionnelles.

L’aménagement du territoire, l’enseignement supérieur, la recherche, l’innovation et le développement économique constituent des domaines intimement liés. Le développement économique ne saurait se concrétiser sans des infrastructures de transport, l’accès à l’éducation et à la formation, à l’énergie, au numérique.

Nous souhaitons donc qu’à l’échelle des territoires, se mettent en place des espaces réunissant les différents acteurs publics, les organisations syndicales et patronales pour identifier les enjeux stratégiques posés à chacun d’entre eux.

Par ailleurs, la CGT et la FSU considèrent indispensable qu’à l’échelle de la région, des rencontres annuelles quadripartite permette d’échanger sur les enjeux posés au territoire régional et de confronter nos analyses et propositions et une participation à la CTAP (conférence territoriale de l’action publique)

Les avis soumis au vote du CESER reprenant un certain nombre de nos propositions, la CGT et la FSU les voteront.


Publications

Journal Régional

POUR - Revue de la FSU

Pour 200